Quel budget au Japon ?

Un voyage au Japon a la réputation d’être cher, et ce n’est pas une légende ! Quel que soit ton format de voyage, il te faudra constituer un solide budget. Mais tu seras largement récompensé par les merveilles que ce pays a à offrir, outre une grisante sensation de dépaysement.

Il est possible d’économiser sur les billets d’avion, en fonction de la période à laquelle tu décides de voyager. Beaucoup d’étrangers (et je n’ai pas fait exception à la règle !) veulent découvrir l’archipel au printemps, quand les cerisiers sont en fleurs, ou à l’automne, lorsque les feuilles d’érable (momiji) se parent de leurs plus belles couleurs. Il est vrai que ces floraisons ajoutent de la magie au séjour. Mais elles attirent un afflux croissant de touristes. Si tu souhaites découvrir le Japon de manière plus sereine, le choix d’une autre saison peut être tout à fait intéressant. Attention néanmoins : l’été, souvent humide, peut être relativement étouffant. C’est également la période des typhons.

Le budget consacré à l’hébergement est plutôt conséquent. Tout dépend évidemment du “standing” que tu recherches. En ville, tu peux opter pour quelques nuits dans un dortoir en auberge de jeunesse, en particulier si tu voyages solo. C’est une bonne manière d’économiser de l’argent, tout comme les hôtels capsule (attention, déconseillé aux personnes claustrophobes !). Les 3 hostels que j’ai testés étaient très corrects, et j’y ai fait de chouettes rencontres. Certains proposent également des chambre simples ou doubles. Les sanitaires et salles de bains sont souvent partagés. Dans la catégorie “intermédiaire”, il y a bien sûr la chambre d’hôtel, souvent basique, mais propre et fonctionnelle. Enfin, pour une expérience plus luxueuse, tu peux te tourner vers les auberges traditionnelles japonaises (ryokan), avec leurs élégantes cloisons coulissantes, leurs tatamis et leurs futons. 

Côté transport, les billets de train peuvent être assez onéreux, en particulier pour les trajets en Shinkansen, le fameux train à grande vitesse japonais. Heureusement, il existe des offres destinées aux voyageurs de passage, comme le Japan Rail Pass (JR Pass). Je t’en parle un peu plus bas.

Pour le reste, notamment la nourriture, j’ai trouvé que les prix étaient assez similaires, en moyenne, à ceux qui étaient pratiqués en France. Je n’ai donc pas été trop surprise. Certaines expériences culinaires sont évidemment un peu plus dispendieuses, comme les repas de sushis (divins !) ou la cuisine kaiseki à Kyōto. Mais les prix me semblent amplement justifiés, eu égard à la qualité de ce que j’ai mangé ! 

Enfin, je te laisse découvrir ci-dessous le récapitulatif de mon budget sur 18 jours, assorti de quelques commentaires 😉

BILLETS D’AVION

= 880 euros A/R (avec Air France)

2 conseils :

Réserve tes billets suffisamment à l’avance (6 mois avant, dans l’idéal). J’ai réservé fin décembre pour début avril (haute saison, période des cerisiers en fleurs…), ce qui était déjà un peu tardif.

– Sur ce type de vol long courrier, j’aurais tendance à privilégier des compagnies classiques comme Air France, Japan Airlines ou ANA (All Nippon Airwaves). Si ton budget est serré, tu peux te tourner vers certaines compagnies low-cost asiatiques. Mais attention à ne pas renoncer à la sécurité et à un minimum de qualité de service !

HEBERGEMENT

= 970 euros

Hostels à Tōkyō et Ōsaka, 9 nuits : compter environ 25-30 euros la nuit par personne dans un dortoir non mixte (40-50 euros pour une chambre simple ou double avec salle de bains commune) => 255 euros.

Hôtels, 5 nuits : 40-50 euros la nuit pour une chambre simple => 230 euros.

Auberges traditionnelles japonaises (ryokan) à Takayama et Kyōto, 2 nuits : compter entre 100 et 200 euros la nuit => 285 euros.

Temple bouddhiste au Mont Kōya, 1 nuit : 200 euros la nuit.

Assurément mon plus gros poste de dépenses ! Il faut dire que je voulais absolument tester quelques nuits dans un ryokan et dans un temple bouddhiste. Alors, afin d’équilibrer mon budget, j’ai choisi de compenser ces options luxueuses (et onéreuses !) grâce à des solutions davantage bon marché (nuits en dortoirs et chambres d’hôtel). Pour ma part, j’ai réservé tous mes hébergements sur le site Booking, mais il doit être possible de procéder différemment. Un des avantages était de pouvoir annuler sans frais jusqu’au dernier moment.

TRANSPORTS

= 415 euros

Abonnement de train Japan Rail Pass (14 jours, adulte), réservé sur le site de l’agence Keikaku : 345 euros.

Tickets de métro à Tōkyō et Ōsaka : environ 15 euros.

Billets de bus entre Kanazawa, Shirakawa-gō et Takayama : 35 euros (+ 20 euros à cause d’une erreur de réservation).

Si ton séjour dure 7 jours ou plus et que tu comptes bouger à travers l’archipel, le JR Pass représente un vrai confort d’utilisation et te permettra d’économiser de l’argent. En particulier si tu envisages de prendre le fameux Shinkansen, notamment entre Tōkyō et Kyōto ! 

ACTIVITES

= 170 euros environ

Visites diverses : 100 euros environ (compter 4-5 euros l’entrée).

Spectacle de danse de geishas à Kyōto (Miyako Odori) : 35 euros.

Spectacle de yabusame à Kamakura (réservation d’une place, optionnel) : 30 euros.

Entre sanctuaires shinto, temples bouddhistes, jardins et musées, les visites ne manquent pas au Japon ! Elles ont constitué l’essentiel de mon budget “Activités”, complété par les spectacles que je me suis offerts.

NOURRITURE

= 450 euros environ (autour de 30 euros par jour)

Amoureuse de la cuisine nipponne, j’étais résolue, pour ce voyage, à ne pas me priver côté nourriture.

Il m’est arrivé de tester de la street-food (les excellents beignets de poulpe – takoyaki – d’Ōsaka) ou de prendre un bento à emporter, notamment pour mes longs trajets en Shinkansen. Ce sont des solutions économiques et néanmoins savoureuses, que tu peux privilégier si ton budget est restreint. 

Pour ma part, je dois avouer que j’ai surtout écumé les restaurants, à la recherche des meilleures expériences gustatives : sushis, ramen, gyoza, tempura, nouilles soba, yakitori, omelettes japonaises (okonomiyaki), cuisine kaiseki, cuisine végétalienne bouddhiste… La gastronomie japonaise semble inépuisable. Un bonheur pour les gourmands… et les gourmets ! 

Côté resto, il y en a également pour tous les budgetsCertains des meilleurs repas que j’ai mangés étaient très peu coûteux, je pense notamment à cette divine okonomiyaki que j’ai mangée à Ōsaka. Tu peux bien sûr t’inspirer des recommandations de ton guide papier… mais le bonheur, c’est aussi de te laisser porter, les yeux fermés, vers cette petite gargote qui te fait de l’œil. Personnellement, je n’ai jamais été déçue !

AUTRES

= 350 euros environ

Pocket wifi internet (18 jours), réservée sur le site de l’agence Keikaku : 104 euros.

Très utile pour pouvoir accéder à internet partout où tu iras ! Certes, ce n’est pas forcément indispensable. Mais pouvoir vérifier mon itinéraire ou l’emplacement de mon point de chute sur Google Maps n’avait pas de prix, même si plusieurs Japonais m’ont proposé spontanément leur aide.

Pour la petite anecdote : les numéros des bâtiments ne se suivent pas comme en France… car la plupart du temps, la numérotation se fonde sur la date de leur construction 😱 Autant te dire que j’étais ravie de m’économiser tout ce travail d’historien/archéologuepour savoir où était situé mon hostel à Tōkyō ou à Ōsaka 😅

Souvenirs divers (kimono, carnets, origamis, objets en bois ou en papier washihishaku, éventail, cartes, poterie, magnets, nourriture…) : 250 euros environ. Difficile de résister à l’attrait de tous ces trésors raffinés, qui témoignent tous de la sublime beauté de la culture japonaise… Bref, j’ai craqué, autant pour moi que pour mes amis. La question, c’est : résisteras-tu, toi, à la tentation ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *