En direction de Gufufoss et Seyðisfjörður

Brouillard et pluie ne semblent pas vouloir cesser dans l’après-midi et c’est donc plus rapidement que prévu qu’on se met en tête de rallier la petite ville de Seyðisfjörður, où on a prévu de passer la nuit. Située au bord d’un fjord comme Mjóifjörður (dont on n’aura malheureusement pas vu la couleur, cf. post précédent), elle est néanmoins beaucoup plus accessible !

On longe la côte sur plusieurs kilomètres dans une ambiance pluvieuse et irréelle, qui nimbe les paysages d’une aura secrète et délicate.

Puis, pour rejoindre Seyðisfjörður entourée de montagnes, on emprunte une route sinueuse, qui grimpe de manière assez abrupte avant de redescendre doucement en direction du fjord.

Toujours sous la brume, on découvre alors la jolie cascade Gufufoss, véritable portée d’entrée de Seyðisfjörður. Posée là dans son écrin de verdure, perdue dans le brouillard comme un mirage, elle semble tomber du vide ou du ciel. Une vision onirique et empreinte de mystère qui me donne envie d’approcher de plus près…

Après cette pause nature, on finit par rejoindre le camping où on a prévu de dormir. Compte tenu des prévisions météo, toujours aussi peu clémentes, on décide de ne plus bouger pour la journée et d’y établir définitivement nos quartiers.

Le brouillard persistera bien toute la soirée, et au-delà… Mais décidément, rien ne peut entamer notre joie d’être au bout du monde, embarquées dans une fabuleuse aventure, exaltante et ressourçante ! <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *