20 septembre 2015 : première randonnée au parc de la Jacques-Cartier (Le Sentier-des-Loups)

Direction le parc de la Jacques-Cartier après un bon petit déjeuner (surprise du jour, un oeuf à la coque !) et récupération de notre véhicule de location, une Toyota Corolla qui semble être la voiture de loc’ la plus banale du Québec. En tout cas, on hérite de cette voiture flambant neuve avec 12 000 kilomètres au compteur seulement.

On a un peu tourné en rond dans Québec parce qu’on n’arrivait pas à trouver l’entrée de l’autoroute ! Après ces péripéties, nous voilà dans la bonne direction et on s’arrête à Stoneham pour faire le plein de courses : supermarché et petit producteur du coin auprès duquel on achète un maïs sucré délicieux (plusieurs épis) et des pommes.

A la Jacques-Cartier, on découvre notre place de camping après avoir acheté notre bois au centre d’accueil. On installe alors notre tente… tintinnnn !!

On se lance ensuite dans une belle rando, celle du Sentier-des-Loups. Comme on la commence tard, on s’arrêtera au 1er belvédère mais on aura fait quand même 450 mètres de dénivelé en 2h30, une bonne petite mise en jambe !

La vue sur la vallée est si belle…

Le chemin, plongé dans la verdure, est sympathique, même si un peu raide… On retrouve ces mêmes escaliers de rochers déjà fréquentés sur le Grouse Grind à Vancouver (voir mes aventures sur la côte ouest :-)) !

Les reflets en contrebas me laissent rêveuse…

Nous finissons par retrouver des chemins plats et faisons quelques jolies rencontres, notamment un mignon chipmunk :

Le soleil descend sur la vallée et la rivière Jacques-Cartier, leur donnant un air paisible et magique…

On retourne au campement et on lance notre feu avec les bûches. Mais gros problème : les bûches sont humides et fument énormément. Résultat, on enfume tout le voisinage et en plus, le feu n’est pas chaud et il fait vraiment très froid…

On essaie de faire griller du maïs, compliqué mais finalement ça fonctionne. Par contre, gros fiasco avec les saucisses qui n’ont pas cuit, aïe aïe aïe !

On finit par déclarer forfait et par aller se coucher de bonne heure sous notre tente. On ne dormira pas très bien car il fait sacrément froid ! Avec les sacs de couchage, pas de problème, mais on gèle au visage et le lendemain, on est tout ankylosés…

La suite, c’est ici : 21 septembre 2015 : parc de la Jacques-Cartier, rando Le Scotora

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *