8 mai 2014 : du Waterberg à Etosha (Halali)

 

Adieu le Waterberg, direction Etosha, une des plus importantes réserves animalières au monde (plus de 22 000 km²), dans laquelle on peut circuler librement pour essayer de repérer le plus grand nombre de mammiphères et d’oiseaux.

SOUVENIRS D’ OUTJO

On se met en route assez tôt le matin. La route est droite la plupart du temps, avec quelques curiosités en chemin.

Après la C22, nous prenons la C38 direction la petite ville d’Outjo. On s’y arrête pour faire quelques courses et le plein. A la station-service, on se fait aborder par un groupe de locaux qui nous saluent, se présentent, demandent nos prénoms, ceux de nos parents… Ils sont sympas et on commence à discuter.

Mais j’avais oublié les recommandations lues sur internet : « Attention, si des personnes vous demandent vos prénoms à une station-service, c’est pour les graver sur des noix de palmier makalani (en plus des quelques animaux déjà gravés dessus) et essayer de vous les vendre à un prix bien supérieur à celui du marché. Plus difficile à refuser étant donné qu’elles sont désormais personnalisées ! » Bref, on tombe évidemment dans le panneau et on finit par acheter nos deux noix de palmier pour l’équivalent de 7 euros l’unité, alors qu’elles sont vendues 1 à 2 euros en boutique. Bon… elles sont très jolies, cela fait un souvenir sympa et l’épisode me fait plutôt sourire, encore aujourd’hui !

LA ROUTE VERS ANDERSON GATE (ETOSHA)

Après Outjo, la route continue jusqu’à la porte d’entrée ouest du parc d’Etosha (Anderson Gate). On essuie un peu de pluie (la saison des pluies, qui s’arrête normalement en avril, s’attarderait-elle un peu plus cette année ?). En tout cas, le ciel est presque à l’orage et les couleurs sont fantastiques. Le temps se découvrira néanmoins assez vite par la suite.

PREMIERES EMOTIONS A OKAUKUEJO

Une fois la porte Anderson atteinte, on a une quinzaine de kilomètres à faire jusqu’à Okaukuejo et on scrute déjà les alentours, au cas où… Et on voit effectivement nos premiers gros animaux, des éléphants (!), juste avant l’entrée du campement d’Okaukuejo (tenu par la NWR) ! On ne s’y attendait pas et l’émotion est au rendez-vous : des éléphants en liberté !

Quelques secondes plus tard, des zèbres nous accueillent sur le bord de la route. Certains d’entre eux nous observent…

On s’arrête quelques instants à Okaukuejo pour s’enregistrer, boire un peu, se dégourdir les jambes. Mais on est impatients de continuer et de prendre la piste principale jusqu’à Halali (où nous dormirons ce soir), pour faire d’autres belles rencontres.

DANS LES ENVIRONS D’HALALI

La route est rectiligne, mais belle. Autour de nous, c’est déjà très sec.

Finalement, jusqu’à Halali, on verra des springboks et des zèbres traversant la piste 🙂

A Halali, on prend nos quartiers dans notre bungalow NWR (décidément, nous sommes des inconditionnels…). Mais en voulant garer la voiture (l’espace est très très limité), mon ami heurte un rocher à l’arrière, on s’en tirera avec un beau « bump » au-dessus de la plaque d’immatriculation. Aïe aïe aïe…

Bon, après cet incident, on entreprend de marcher jusqu’au point d’eau du restcamp, un très joli point d’eau niché au coeur de la savane. Une terrasse surélevée a été aménagée un peu en retrait, offrant un très bon point de vue. On patiente un peu et, très vite, deux impalas à face noire viennent se rafraîchir.

Après ces minutes d’observation et de contemplation, on reprend la route pour découvrir deux-trois points d’eau dans les environs d’Halali. On ne verra aucun gros animal aux points d’eau. Mais les oiseaux sont nombreux. Il y en a un qui me plaît bien et que j’immortalise. Je crois que c’est un vanneau armé (d’après mes recherches dans Compagnon de safari de Caroline Oriol, un livre qui ne cesse d’être recommandé et que je recommande à mon tour chaudement !). Voilà mon oiseau, il est beau non ?

Pas de gros animal aux points d’eau, donc. Mais sur la route, par contre, on croise des zèbres, des antilopes et trois girafes ! En voici une, qui joue à cache-cache dans les broussailles :

OBSERVATION A HALALI

Retour au point d’eau du restcamp au coucher du soleil et là, la chance nous sourit encore : un rhinocéros ! un vrai ! Dans la lumière dorée du soleil de la fin d’après-midi, presque un cliché… Mais c’est une rencontre très impressionnante et tout le monde sur la terrasse retient son souffle et fait cliqueter son appareil photo. Le rhino reste un long moment à boire puis repart tranquillement, aussi tranquillement qu’il est arrivé.

Et puis… le rhino revient ! La nuit est presque tombée mais on croit reconnaître le même rhino que tout à l’heure. Un habitué des lieux, sans aucun doute 🙂

Notre dernière image de la journée sera celle-ci :

Le soir, on dîne au restaurant du camp, avec entre autres une dégustation de steaks de koudou, délicieux ! Cela ressemble un peu au boeuf mais en plus tendre. Fatigués, on s’endormira tôt, avec (j’ai un peu honte de l’avouer) les courbatures héritées de l’ascension du plateau du Waterberg…

La suite, c’est ici : 9 mai 2014 : à Etosha (vers Okaukuejo) 

Sommaire :

NAMIBIE [MAI 2014]

6 mai 2014 : c’est parti !

7 mai 2014 : de Windhoek au Waterberg

8 mai 2014 : du Waterberg à Etosha (Halali)

9 mai 2014 : à Etosha (vers Okaukuejo)

10 mai 2014 : d’Etosha au Grootberg

11 mai 2014 : du Grootberg au Brandberg

12 mai 2014 : du Brandberg à Swakopmund

13 mai 2014 : excursion à Sandwich Harbour depuis Swakopmund

14 mai 2014 : de Swakopmund à Sesriem

15 mai 2014 : excursion à Sossusvlei (Sesriem)

16 mai 2014 : de Sesriem à Aus

17 mai 2014 : de Aus à Lüderitz

18 mai 2014 : de Lüderitz à Aus

19 mai 2014 : de Aus à Ai-Ais

20 mai 2014 : d’Ai-Ais au Fish River Canyon

21 mai 2014 : du Fish River Canyon au désert du Kalahari

22 mai 2014 : du désert du Kalahari à Windhoek

23 mai 2014 : retour à Paris…

Namibie [mai 2014] : un bilan ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *